Bara ni Kakusareshi Vérité Review

 

Jeu sorti en septembre 2016 cad le mois de mon anniv mais je divague (« vague »), développé par Ichi column et distribué par Idea Factory et Otomate.

Synopsis

Viennes, 18ème siècle. Cela fait maintenant 1 an que Liese, une jeune fille issue d’une modeste famille, est au service de Marie-Antoinette. C’est alors qu’elle reçoit ce qui est censé être sa dernière mission en tant que servante: accompagner la jeune princesse en France pour son mariage avec le dauphin Louis Auguste (futur Louis 16). Mais tout ne va pas se passer comme prévu et Marie-Antoinette tombe de fièvre juste au moment de passer la frontière française. Pour sauver la situation, Liese se voit ordonnée d’avaler une mystérieuse potion lui permettant de prendre l’apparence de sa maîtresse pour une certaine durée. Arrivée à Versailles, elle devra faire face à un tas de difficultés telles que le caractère ultra-stricte de la coure, le dauphin qui ne semble n’avoir d’intérêt pour personne tandis qu’à Paris, le clivage entre roturiers (sans-culottes) et nobles se fait ressentir douloureusement.

Système

Bara ni Kakusareshi Vérité nous offre en plus de l’interface Visual Novel de base des petits instants ludiques où il est possible de se balader dans une zone donnée. Franchement ça a beau être anecdotique, j’ai trouvé ces petits moments assez sympatiques, surtout qu’on peu tomber sur des objets, des livres avec des informations historiques. Par contre je trouve le système « habillage/coiffage » vraiment inutile car on a  genre une occasion de tout le jeu pour changer de tête, mais visiblement il faut passer par là pour avoir une sur-happy end oui ça m’a un peu saoulé.

Image associée

Le plus grand intérêt de ces parties du jeu, ce sont les quêtes, car elles permettent d’obtenir des points « roturiers » ou « aristocrates » selon les quémandeurs dont vous acceptez les demandes. Vous vous doutez bien que selon la route que vous voulez faire, il faudra mieux privilégier un des côtés.

Résultat de recherche d'images pour
Donc oui ptdr ils ont fait une faute à « aristocrate »

Quant aux routes il y en a 5 plus 1 « surprise » qui se débloque seulement une fois toutes les autres achevées au moins 1 fois, donc pas besoin de débloquer absolument toutes les fins possibles si vous ne vous sentez pas de faire les Bad Ends. Justement parlons en des fins, comme pour la plupart des otoge le jeu comprends des Happy End et des Bad End et croyez le ou non, les Bad End se font appeler « Fin selon les faits historiques ». En même temps normale quand les 3/4 des personnages sont supposés être guillotinés pendant la Révolution.

Liese,
l’héroïne piégée par le devoir

Je me suis très lentement attachée à Liese. Faut dire qu’à la base elle est dans la « moyenne » en ce qui concerne les dernières héroïnes d’otoge, c’est à dire une jeune fille pas spécialement brillante mais qui sait quand même utiliser son cerveau et ses dix doigts lorsque le scénario le demande. Mais il se trouve qu’à force de creuser toutes les routes, je me suis rendue compte que Liese avait un peu plus de profondeur que juste la « bobonne à Marie-Antoinette« , même si le charisme est pas toujours là. Dès le début, on nous présente Liese comme étant certes une personne douce et gentille mais aussi une forte tête. Marie-Antoinette déclare haut et fort qu’elle se plait à la tourmenter car Liese est la seule servante qui ne se contente pas bêtement de dire oui à tous ses caprices sans jamais la contredire. Malgré leur relation qui évolue de façon très tendue pendant les années passées en France, Liese restera d’une fidélité presque toujours sans faille à Marie-Antoinette, même lorsque cette dernière l’ignorera et tentera de l’humilier. Même après avoir pleurer de douleur de ne pas avoir le droit de rentrer en Autriche revoir ses parents, elle restera son alliée quitte à aller contre sa volonté et dans plusieurs routes privilégiera sa fidélité à Marie-Antoinette à ses sentiments amoureux. Car oui, on est quand même dans un otoge même si le jeu parvient parfois à nous le faire oublier. Mais Liese, faut l’avouer, est assez prise au dépourvu côté cœur et pour cause, elle n’est pas du tout intéressée car sa priorité est clairement 1) de tenir ses engagements concernant sa mission 2) de s’en sortir tout court. Alors ouais, quand elle tombe amoureuse elle met du temps pour s’en rendre compte et personnellement, j’ai trouvé que ça avait son charme ce genre d’histoire où l’amour apparaît sans que l’héroïne l’ait vraiment cherché. J’ai trouvé ça beaucoup plus naturel que la plus part des scénarios d’otoge en mode « elle vivra avec 5 prétendants mé ki vatel shoisir ohlala?? ». En revanche ça risque de déplaire à ceux qui s’attendait à du fanservice à foison car c’est pas toujours évident avec une héroïne si peu consciente.

Routes

Le jeu comprend 5 routes + une secrète. Mise à part cette dernière, les personnages sont tous des célébrités de l’époque et même si c’est hyper romancé, j’avoue avoir été surprise de ne pas ressentir el famuso « viol de culture française ». Je recommande de commencer par la route de Louis 16 (la « cannon ») mais finalement peu importe. Toutes les routes retracent les mêmes événements mais d’un point de vu différent car bon, il y a qu’une Histoire de France.

En terme de longueur, le jeu me rappelle beaucoup Ken ga Kimi pour sa route commune aussi longue que celles des personnages, ce qui permet d’entrer sûrement dans l’univers et de déjà bien s’attacher aux personnages qu’ils soient principaux ou secondaires. Et d’ailleurs, dans cette première partie on va vite se rendre compte que personne sait garder les secrets, notamment concernant Liese alors heureusement qu’elle est assez bien entourée. Toutes les routes comportent une ellipses de 4 ans et c’est souvent après cette ellipse que le rapprochement se fait distinctement.

Louis 16
(CV: Shirai Yuusuke)

Résultat de recherche d'images pour
Damn tellement cute cette Marie-Anto- euuh Liese euuh

Ainsi donc sans pression le jeu nous permet un rapprochement sentimental avec le dauphin, qui devient ensuite roi (c’est pas du spoil si c’est l’Histoire-). Louis 16 n’a d’intérêt que pour peu de chose: la chasse et la serrurerie. Il se dit lui-même inapte à exercer la fonction de Roi mais aspire à un société différente de celle érigée par le Roi Soleil, une société où nobles et sans-culottes pourraient coexister. Il a bien conscience de sa propre ignorance concernant la vie des français et essaye de changer ça. J’ai trouvé le personnage assez intéressant car édulcoré: en effet Louis 16 ne rentre pas dans le cliché du « noble prince qui veut aider les petites gens », car il est aussi du côté des nobles et ne veut pas créer un royaume uniquement « pour les pauvres », comme la Révolution le suggère. Le rapprochement avec l’héroïne se fait extrêmement lentement et il faudra attendre les derniers chapitres pour voir réellement de l’amour, même si les prémices commencent assez tôt Louis s’interdit beaucoup du fait de sa position. Ce côté romantique assez tardif a fait la déception de certains mais à mon humble avis c’est une erreur d’attendre de ce jeu trop de fanservice parce que « France = romantisme ».

Lafayette
(CV: Toriumi Kousuke)

Le panache

Vous vous doutez que vu le doubleur ça envoi du pâté (même voix que Shuu Sakamaki dans DiaLo ou encore Saitou Hajime dans Hakuouki). Lafayette est un noble au service du dauphin (qui sera roi). Il est doté d’un fort sens de la justice et se bat pour ce qu’il pense être juste mais hésite souvent, car dans ces temps trouble il est difficile de reconnaître le bien du mal. Il est soumis aux mêmes problématiques que l’héroïne vis à vis du devoir et des convictions, lorsque Lafayette décide que sa place est du côté du peuple, l’héroïne ne veut pas quitter Marie-Antoinette, bonjour la romance à la Roméo et Juliette. Sa route était de larmes et des rires, plus romantique que Louis 16 en tout cas.

Fersen
(CV: Okitsu Kazuyuki)

Bien que les 3/4 de ses CG le représente en train de « pousser » l’héroïne, finalement il est pas si méchant que ça, mais faut dire qu’il est pas super net le mec quand il dit avoir de l’intérêt pour l’air troublé que prend l’héroïne lorsqu’elle est obligée de se faire passer pour Marie-Antoinette. Fersen est à mon sens le personnage le plus « tranquille » du jeu, il n’a pas vraiment de conviction politique si ce n’est qu’il prend partie pour le Roi, la vraie évolution de Fersen ne se fait pas vraiment en rapport avec les tensions politiques de l’époque mais par rapport à lui-même; il se porte volontaire pour partir en Amérique avec Lafayette afin de changer son caractère insouciant et de faire l’ordre dans les sentiments qu’il éprouve pour l’héroïne, tandis que cette dernière tente tant bien que mal d’aider une Marie-Antoinette qui ne daigne pas la voir.

Danton
(CV: Usui Takayasu)

*fangirlise* Kyaaah

Danton, c’est un chic type. Il vient de commencer sa profession d’avocat au début du jeu et souhaite aider les personnes en besoin. Il est d’un naturel généreux et attachant bref je veux l’épouser. De caractère assez candide, il se prend très vite d’affection pour Liese et le cache très mal. Sa naïveté rend sa route comique sans pour autant entrer dans le ridicule, car mis à part son amour pour Liese, Danton a des convictions dont il ne sait pas quoi en faire; Faudrait-il qu’il pense d’abord à l’argent pour assurer ses arrières ou doit-il rester fidèle à ses idées quitte à y laisser la vie ? Le genre de personnage qui semble assez pitre en début de jeu mais qui finalement s’en prend plein la gueule.

Robespierre
(CV: Susaki Shigeyuki)

« Bonjour je suis Tsundere et vous ? »

Je vous le dit tout de suite: pour voir de la romance dans cette route va falloir s’armer de beaucoup de patience vu le caractère du personnage, Robespierre l’incorruptible dès sa rencontre avec l’héroïne fait mine de ne pas pouvoir l’encadrer pour des raisons plus ou moins censées. Notre cher Robi déteste les nobles et nous le fait bien savoir, c’est un étudiant très malin qui obtient son diplôme dans la foulé. Il prend un malin plaisir à taquiner l’héroïne en disant des choses mignonnes pour ensuite ajouter « …. si je disais ça tu le prendrais sérieusement toi ? ». D’ailleurs il ne l’appelle jamais par son nom mais préfère « Renai Baka », surnom qui lui donne suite à un malentendu pouvant être approximativement  traduit par « abrutie romantique ». Cette route permet d’explorer en profondeur les rouages de la Révolution ainsi que de la Terreur.

Lozère
(CV: Fuji Shinshuu)

Regardez moi ces yeux ~

Lozère n’est autre que le concepteur du fameux élixir permettant de prendre l’apparence de quelqu’un d’autre. « Mais quel âge a-t-il donc ??? » Sa route ne se débloque qu’une fois les autres achevées et pour cause elle permet d’en apprendre plus sur certaines situations et certains personnages secondaires. Je vous avoue avoir trouvé cette route assez moyenne, Liese semblant beaucoup plus impuissante dans cette dernière en plus de la romance entre elle et Lozère un peu trop superficielle. Mais après tout cette route n’est qu’un « bonus » donc je ne m’en plains pas trop vu la qualité des routes qui la précédaient.

Entre rires et larmes

Oui, vous vous doutez bien que vu le contexte historique et les petits signaux « attention violence » sur la boite du jeu, tout n’est pas rose dans Bara ni Kakusareshi Vérité. En effet, on pleure un peu, voire beaucoup, mais ceci n’empêche pas certains passage comique assez subtilement placés pour ne pas casser le drame ! L’alliance de tous ces persos aux caractères si différents créer souvent des situations caucasses. Je me dois aussi de signaler le personnage de Leonard, coiffeur de Marie-Antoinette cruellement attachant qui fait à lui tout seul 70% de l’humour du jeu.

Graphisme

Ce jeu est de toute beauté, les illustrations de Yuuya collent parfaitement à l’ambiance et comportent un niveau de détail assez époustouflant pour la majeure partie des CG et même des spirits ! Malheureusement certaines CG semblent un peu plus rushées que d’autres mais ça reste de la bonne came. Coté arrière plan on est aussi sur de la grosse qualité manifaik même si j’aurais aimé plus de diversité concernant les rues de Paris.

Sons

La musique est tout à fait dans le style 18ème siècle coure de Versailles avec certaines OST très épiques pour les scènes de tension, c’est vraiment un excellent travail qui permet une immersion de qualité supérieur. Mention spécial pour la petite chanson d’ending « Anata no iru michi » qui est <3.

Impressions finales

Si j’avais su………. J’aurais acheté l’édition limitée ! Le scénario qui s’annonçait cliché à souhait s’est avéré beaucoup plus subtil que ça et franchement ce fut une excellente surprise ! Les personnages secondaires présents à foison étaient eux aussi très attachants. Je pense que ce jeu convient tout à fait aux fans d’Histoire qui cherchent de bons otoge sans trop de fanservice. En revanche si vous vous attendez à du romantisme passionné correspondant au cliché français, vous risquez d’être amèrement déçue. Si le côté historique vous intéresse je vous invite à lire mes remarques concernant les différences entre le jeu et les faits historiques. Bref ce fut une très bonne expérience, en même temps je m’attendais à du caca en boite donc j’avais peu de chance d’être déçue. Je le recommande vivement si votre niveau en japonais vous le permet, le vocabulaire utilisé étant très axé politique.

Vous pouvez trouver le jeu sur Amazon

J’ai eu un énorme crush sur Danton.

Notes

Scénario: 5 / 5 Malgré quelques petites lenteurs on est sur un truc extrêmement soigné en terme de narration et évitant bien des clichés.

Romance: 3 / 10 Une romance qui peut manquer pour certaines routes, selon les gouts de chacun. Personnellement je n’ai pas ressenti ça comme un problème.

Personnages: 5 / 5 Malgré quelques petits stéréotypes (pas spécifiquement français mais propre à ce genre de fiction), j’ai beaucoup apprécié la grande majorité des personnages, dont les persos secondaires qui sont vraiment attachants.

Doublage: 4 /  5 Rien de bien particulier à noter, c’est juste du bon boulot.

Graphismes: 4 / 5 Je regrette que certaines CG semblent moins splendides que d’autres ainsi que l’absence de spirit pour l’héroïne, mais ça reste très très agréable à regarder.

Bande son: 4 / 5 Bien que toutes les OST n’ait pas été mémorables, elles étaient quand même extrêmement bien réalisées de façon à nous plonger dans l’ambiance de l’époque.

Système: 3 / 5 Le côté ludique de se balader dans Paris et Versailles me plaisait bien, mais le coup du « faut amasser des points modes en se faisant relooker par Leonard » largement moins…

Ressentis général: 4,5/5

Le +

  • Une narration très soignée nous plongeant dans la France su 18ème avec tous ces détails
  • Le contexte historique étonnamment bien retranscrit
  • LE PANACHE

Le –

  • Des scènes supplémentaires qui se débloquent de façon ultra pas intuitive

Liens

Site officiel (Japonais)

Achat

Amazon.jp (physique / Japonais)
CD Japan (physique / Japonais)

Publicités

4 commentaires sur « Bara ni Kakusareshi Vérité Review »

    1. Comme pour tout apprentissage: avec du temps et de la motivation. Selon l’endroit ou tu habites, tu peux te renseigner pour savoir s’il y a des établissements/associations qui proposent des cours de Japonais. Tu peux aussi apprendre par toi-même, ce qui en soit, n’est pas si compliqué (du moment qu’on a la motivation). Plusieurs sites internet permettent d’approfondir ses connaissances en grammaire, il y a aussi des chaînes YouTube spécialisées (quelques fois tenues par des japonais eux-même !). Si tu es un peu otaku sur les bords, je ne te cache rien en te disant que les anime sont très formateurs en ce qui concerne l’oral. Les Visual Novel (dont les Otome) m’ont personnellement permis d’améliorer ma compréhension de l’écrit (forcément, à force de voir des kanji on les retient). Il est conseiller de d’abord apprendre les hiragana et katagana (hirgana prioritairement), en ce qui concerne les kanji, des appli mobiles peuvent t’aider.

      Si tu veux des sources précises, je te conseil de jeter un œil à l’article d’Otome Street qui donne quelques tuyaux: https://otomestreet.wordpress.com/2018/07/09/apprendre-le-japonais-les-bases-niveau-n5-n4/

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s